Palais de Justice à Haguenau - 67

photographie Luc Boegly ©
photographie Luc Boegly ©
photographie Luc Boegly ©
salle des pas perdus - photographie Luc Boegly ©
guichet unique de greffe - photographie Luc Boegly ©
vide sur la salle des pas perdus - photographie Luc Boegly ©
vide sur la salle des pas perdus - photographie Luc Boegly ©
salle d'audience du tribunal d'instance - photographie Luc Boegly ©
salle d'audience du tribunal d'instance - photographie Luc Boegly ©
salle d'audience des Prud'hommes - photographie Luc Boegly ©
coursive extérieure sud et détente - photographies Luc Boegly ©
circulations dans la partie réhabilitée - photographies Luc Boegly ©
photographie Luc Boegly ©
façade sud - photographie Luc Boegly ©

maître d’ouvrage
agence publique pour l’immobilier de la justice

nature de l’opération
réhabilitation de l’ancien état major de la caserne Thurot
tribunal d’instance, conseil des prud’hommes et livre foncier

sdp : 1 980 m², 830 m² extérieurs
montant des travaux : 3 539 000 € ht
concours : juillet 2011
livraison : décembre 2014
mission : base + CEM + SIGN + MOB

équipe de maîtrise d’œuvre
mandataire : nunc architectes, Louis Piccon
structure béton : SIB
structure bois : BWG
fluides : Gest’énergie
électricité : Groupe fluides
économie : les Économistes
acoustique : Ingemanson
paysage : Gabriel Milochau
signalétique : Céline Emonet
exploitation maintenance : Quadrim

Le Palais de Justice de Haguenau est le premier élément de la transformation de l’ancienne caserne militaire Thurot en un nouvel écoquartier. S’inscrivant dans la composition rigoureuse du bâtiment d’origine, une extension contemporaine a pris la place d’une partie de l’ancien corps central du bâtiment et permet de créer un espace d’accueil généreux, la salle des pas perdus, qui distribue directement les 3 salles d’audience.
La façade sud de la salle des pas perdus, complètement vitrée, assure d’importants apports solaires en hiver et en demi-saison. Les brise-soleil en acier patiné répondent aux teintes ocre des briques des bâtiments historiques, tout en protégeant cette façade des surchauffes estivales.
La monumentalité de la salle des pas perdus est tempérée par le choix des matières et des teintes qui sont apaisantes afin de ne pas dramatiser l’image de l’institution judiciaire.
Le remplacement de la partie sud de l’ancien corps central a permis de conserver intact le reste de la structure du bâtiment d’origine, qui accueille les locaux des fonctionnaires et des magistrats. Les circuits du public et les circuits des fonctionnaires et des magistrats sont totalement dissociés, offrant à l’institution un outil parfaitement fonctionnel.
Bénéficiant d’une rénovation thermique de qualité grâce à un travail sur l’isolation de l’enveloppe, le remplacement des fenêtres à l’identique, le chauffage et la ventilation, les performances thermiques du bâtiment atteignent un niveau BBC rénovation. Les préoccupations environnementales ont également porté sur la ventilation naturelle de la salle des pas perdus et l’infiltration totale des eaux pluviales sur la parcelle.