maison de retraite à Thal Marmoutier - 67

façade nord - Luc Boegly ©
atrium - photo Luc Boegly
angle nord-est - photo Luc Boegly ©
façade sud - Luc Boegly ©
détail de la façade en tavaillons - Luc Boegly ©
transparence de l'atrium vers le jardin à travers le bâtiment restructuré - Luc Boegly ©
chambre étages courants - photo Luc Boegly ©
salle de soins de l'unité Alzheimer - Luc Boegly ©
angle sud-ouest - Luc Boegly ©
domaine:
performance énergétique:
chronologie:
surface:
pôle:

distinction
lauréat de l’appel à projet bâtiment économes en énergie, Région Alsace - Ademe - 2009

maître d’ouvrage
Habitation Moderne

nature de l’opération
extension-restructuration
Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes de 82 lits dont 12 lits en unité Alzheimer

shon : 3 380 m² neuf, 2 170 m² réhabilité, 5 400 m² extérieurs
montant des travaux : 7 170 000 M€ ht
livraison : janvier 2013

caractéristiques techniques
performance énergétique : BBC
infiltrométrie : 0.76 (Q4)
production : PAC sur sondes géothermique verticales
ventilation : double flux haut rendement + puits canadien

équipe de maîtrise d’œuvre
mandataire : nunc architectes, Louis Piccon
structure : SIB
chauffage, ventilation : Gest’énergie
électricité, sanitaire : Rublé Nicli et associés
économie : les Économistes
pilote : PG réalisation

description
Ce projet est la transformation d’une maison de repos de 30 lits dans un bâtiment des années 1970 en une maison de retraite de 82 lits, comprenant une unité protégée de type Alzheimer.
L’implantation de l’extension a été guidé par la volonté de préserver un maximum d’arbres sur le site et d’ouvrir le bâtiment vers la route de Ballerich au nord.

Le porche d’entrée s’ouvre sur un atrium central, sorte de place du village autour duquel s’enroule l’EHPAD.
Des transparences à travers la salle polyvalente ou l’entrée permettent de relier cet atrium aux espaces extérieurs, parvis au nord et jardin au sud.
L’unité protégée est conçue comme un foyer où toutes les chambres s’ouvrent sur un grand espace de vie. Elle bénéficie d’un accès de plain-pied sur un jardin qui lui est dédié.

Dans les étages, de vastes salons au nord permettent aux résidents de profiter de la vue sur le parvis, sur le Haut Barr (monument historique) et de la lumière du sud à travers l’atrium.

Les mouvements du terrain existant sur le site à l’origine ont permis de ménager un accès de plain-pied vers le jardin depuis le premier étage.

Chaque niveau dispose d’un accès de plain-pied sur l’extérieur.
Au deuxième et troisième étage, les circulations s’ouvrent sur des terrasses.

Bien au delà d’être le lien central et le coeur du bâtiment, l’atrium est un véritable poumon.
L’air du puits canadien y arrive, rafraîchi en été et tiédi en hiver. Durant les saisons froides ou intermédiaires, cet air s’échauffe peu à peu sous l’effet de la verrière. Par stratification de l’air, la centrale de ventilation double flux récupère en partie haute l’air chauffé.
En été, les vélums se déploient et les hauts-jours s’ouvrent pour créer, par effet venturi, un mouvement d’air qui surventile le bâtiment et évite les surchauffes. Par extension, les salons d’étage peuvent se ventiler sur l’atrium.

voir aussi la publication dans l’annuel de l’AMC

télécharger la fiche A4